Remake, Reboot, Remastered, Portage, késako ?

Les consoles nouvelles générations ont permis l’arrivée de nouveaux gameplay, mais surtout de graphismes hautes définitions. Les studios de jeux vidéo ont alors vu un nouveau filon arrivé : redonner un coup de jeune à d’anciens jeux, pas toujours si vieux.

remake

Les termes diffèrent et les studios de productions nous ressortent des jeux connus sous diverses notions plus ou moins floues. De la simple amélioration graphique aux rendus plus fluides, en passant par l’ajout de fonctionnalité, je vais tenter de décrypter tous ces codes qui ajoutent une plus-value marketing dans l’industrie du jeu vidéo.

Consacrer du temps à un ressortir un ancien jeu plutôt qu’en investir dans des nouveautés ou des suites ne fait pas l’unanimité des gamers, et moi-même je considère que certaines rééditions n’auraient pas dû avoir lieu, pourtant la fibre nostalgique fait son effet et j’ai d’ailleurs précommandé Crash Bandicoot HD as soon as possible

Portage ou Remastered, une subtile différence

Le portage se passe généralement dans les deux ans qui suivent l’arrivée d’une nouvelle génération de console. Il n’y a pour ainsi dire aucune différence entre les versions des deux générations de console, a part une légère amélioration graphique simplement dût au fait de passer sur une console avec un hardware améliorer.

le but officiel étant de permettre à des jeux sortis à la fin d’une génération d’être également joué sur la console la plus récente. Le portage n’a quasiment aucun coût, si ce n’est marketing pour les studios. L’on voit toujours des joueurs qui rachètent un jeu identique à celui qu’ils possèdent déjà sur la console petite sœur.

Les constructeurs étaient peu fans de la rétrocompatibilité (rip la ps3 qui a perdu son lecteur compatible au bout de quelques mois), les dernières offres de lecture virtuel avec le PSNow chez Sony et l’arrivé du programme Rétrocompatibilité Xbox qui permet de télécharger actuellement 140 jeux des deux premières générations de la console de Microsoft pourrait éventuellement mettre fin au terme de portage en tant que tel.

Viens alors le remaster qui nécessite une réelle refonte graphique, un jeu estampiller Remastered HD à une vraie valeur commerciale. Les studios doivent reprendre le moindre pixel du jeu pour lui offrir un meilleur rendu, ainsi qu’une version internationale composé de tout le contenu déjà paru, et (censé être) libéré de ses bugs.

Resident Evil 4 est un bon exemple pour faire la différence entre les deux : la version PS3/Xbox est un remaster de la version PS2, car elle possède des vraies amélioration graphique avec l’affichage HD 1080p alors que la version PS4/Xbox One n’est qu’un portage de la génération précédente, il n’y a donc aucune fonctionnalité supplémentaire, a part une très légère amélioration graphique impliquée par la différence de console.

En d’autres termes, contrairement au remaster, un portage ne possède la HD que si la version précédente la possédée déjà, et il n’est pas vendu accompagné des dlc

Le remake, la même histoire, autrement

Pour un remake, il y a bien la refonte graphique comme pour un remaster ainsi que du contenu supplémentaire, mais ça va encore plus loin. Les studios repartent (presque) totalement de zéro. C’est l’occasion d’améliorer le jeu dans tous ses points en le refaisant complètement là ou de simple dlc n’aurais pas suffit. De toute manière vu la durée de vie d’une génération de console, ça n’a pas de sens de sortir un remake d’un jeu récent et les éditeurs ont plutôt intérêt à patienter pour laisser le temps à la fibre nostalgique de s’installer.

On garde le scénario, ainsi que les personnages, on y ajoute une refonte graphique, on améliore le gameplay, voir on le modifie totalement grâce aux fonctionnalités des consoles nouvelle génération. C’est l’occasion d’agrandir la mapmonde et permettre l’accès à de nouveaux pan de l’histoire qui resté jusque la quelque peu flou. Le 2D iso peut être totalement refait pour nous offrir une vraie 3D, le « chapitrage » du scénario peu être revue autrement.

Les remakes touchent particulièrement des jeux cultes qui ont une vraie communauté de fans derrière, et qui pourraient aisément toucher de plus jeunes joueurs, en leur faisant connaître les bases d’une saga accompagnées de nouveauté pour les connaisseurs. C’est le cas par exemple de plusieurs versions de Pokemon depuis l’arrivée des 3DS. Un remake représente un risque pour les éditeurs, mais il reste relativement bien accueilli par les joueurs

Le Reboot, une vision totalement différente

À bien différencier du remake, le reboot propose une version plus ou moins différente du scénario de base. On garde une idée basique du scénario, mais avec une autre histoire. Le studio qui propose un reboot prend énormément de risque, car il s’agit de redonner un coup de neuf à une oeuvre vieillissante. Le problème étant que l’histoire du personnage est revue sans se soucier des contradiction dût au lore originel, il y a donc beaucoup d’incohérence qui vienne se mêler dans la tête des fans. Même si le jeu en lui-même est une merveille, ça pose problème car c’est au final un aveu de faiblesse de la part des éditeurs qui ne veulent plus se prendre la tête à démêler tout un background pour un prochain jeu.

Le cas Tomb Raider est un joyeux mélange de tout ce qu’on on pu voir jusque là. Il y a d’abord une première trame historique qui se suit sur 6 jeux et se termine avec l’Ange des ténèbres qui est un gros fail.

On revoit alors l’histoire, donc reboot Tomb Raider Legend avec son style plus moderne et une Lara Croft plus émotionnelle. Viens ensuite le prequel Tomb Raider anniversary qui est un remake du premier jeu mais en suivant les cohérences scénaristiques de Legend. Puis arrive Underworld qui n’a pas non plus fait l’unanimité ==> On repart sur un nouveau reboot de la saga, qui cette fois à tout pour réussir puisque l’on se retrouve déjà avec une Lara plus jeune et un gameplay qui se rapproche de tout les grand succès récent. Les 3 premiers Tomb raider vont également avoir le droit à une version remastered sur Steam

Et mon avis dans tout ça

Chez Popcorn Dust, on aime beaucoup le rétrogaming, du coup le portage m’intéresse moyennement car j’ai sûrement déjà le jeu original ainsi que la console, contrairement au remaster qui débarque avec plus de contenu et se trouve donc être plus intéressant. Le remaster ne m’intéresse tout de même la plupart du temps que si je n’ai pas déjà le jeu, a quelques exceptions près comme l’ajout de contenu réellement intéressant, ou un pack goodies que je veux comme c’était le cas respectivement avec Final Fantasy X ou Crash Bandicoot entre autres.

Pour ce qui est des remake, ça reste au cas par cas, mais généralement c’est intéressant car cela permet d’en apprendre beaucoup plus sur le background, idéal quand il s’agit d’un jeu ne possédant qu’une seule fin. Quant au reboot, c’est également au cas par cas puisque cela dépend de la direction que prend le scénario quand on connaît l’histoire originale, mais dans tout les cas puisqu’il s’agit forcément d’un nouveau jeu avec sa propre trame, ça mérite d’y être joué

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :