The Punisher : l’anti-héros le plus badass du game !

Tout d’abord déçu qu’il ne soit pas intégré à la franchise Defenders qui compte pourtant le mitigé Iron Fist parmi ses membres, alors qu’un duo Punisher / Jessica Jones serait tellement génial. Fort heureusement, Netflix à su profiter de ce collègue temporaire de Daredevil en lui offrant sa propre série.

the-punisher-banner-copertina-Copy

Patriote, Marines, Moralisateur, Franck Castle incarne le héros américain par excellence. Netflix à choisis une approche toute particulière puisque la série se concentre sur ce qu’on pu vivre des milliers de soldats à leur retour d’Irak. Le stress post-traumatique d’après guerre, la réalisation de missions douteuses sous les ordres d’un commandement qui reste bien à l’abri, la pertes de frère d’armes mais aussi le sentiments de faiblesse pour ceux qui ont perdu une partie de leur âme ainsi qu’une partie de leur corps. Comment se sentir chez soi quand on à l’impression de ne plus y être à sa place. C’est bien de tout ça en même temps et en une seule saison que traite ce Punisher version Netflix

Franck Castle est un guerrier entrainé pour assassiné de sang froid, et il le fait très bien, mais il choisit très particulièrement ses cibles, uniquement d’autres meurtrier, responsable de près ou de loin de la mort de sa famille, et ne laisse personne s’interposer entre lui et sa vengeance. A la fois juge, jury et bourreau, c’est justement ce sentiment de vengeance qui lui donne un coté humain car l’on voit clairement qu’il est hanté par cette perte et qu’il en souffre.

puni

Une chose qui manque à cette série, c’est le manque de symbole du Punisher, on le voit vêtu de son célèbre logo au tout début du premier épisode, ainsi que lors d’une scène de combat vers le milieu/fin de saison mais c’est tout et c’est bien dommage. Malgré tout, le passé de Franck est mis à profit avec des scènes de combats intéressante, car quand on pense Punisher, on pense gros flingue, mitrailleuse lourde et fusil à pompe, mais en tant que membre des forces spéciales, nous avons affaire à un maitre du combat à main nu, également expert en lancer de couteau, infiltration, et surtout exfiltration.

Il y a certes un manque de caractéristique propre au Punisher qu’on retrouve habituellement dans le comics ou le jeux vidéo, mais on à une très bonne gestion de la colorimétrie, avec des scènes sombres dans le présent, et qui s’assombrissent pendant les phases de combats, et des nuances beaucoup plus claires et heureuses lors des flashback de notre héros en compagnie de sa famille.

Étant dans l’univers étendu non mystique de Netflix/Marvel, The Punisher à le droit à son lot de personnage venant d’autre série, on retrouve notamment l’un des personnage phare de Daredevil, mais aussi Micro, le hacker qui est justement mentionné chez le justicier aveugle ainsi que chez les agent du shield. Le « couple » Franck/Micro est d’ailleurs au coeur de l’intrigue de cette saison 1 en compagnie d’un troisième personnage, l’agent du FBI Madhani créée tout spécialement pour cette série et qui veut déjouer le même complot, mais en suivant les voies légales.

punis.png

J’ai particulièrement apprécié le coté suivi psychologique de la série, avec entre-autres les réunions d’anciens combattant, mais surtout le sentiment de trahison que perçoivent absolument tout les personnages. Franck est trahis par son commandement mais aussi ses amis proches, Madhani par son supérieur mais aussi par quelqu’un en qui elle pense pouvoir avoir confiance, Micro est trahi parce qu’il veut faire correctement son boulot, et même les 2 (voir 3 si l’on compte le fameux poseur de bombe) grands méchant de l’histoire ont quelques soucis de confiance.
Les meilleures scènes d actions se situent clairement vers le milieu/fin de saison, à partir de l assaut de l hôtel je dirais. J ai lu beaucoup de personnes se plaindre que ça traine beaucoup trop à venir mais au contraire, je trouve que c est bien, ça laisse le temps de posé les bases des différentes intrigues, d augmenter le côté humain du Punisher en expliquant pourquoi il en est venu a faire ça, que ca ne se limite pas a la perte de sa famille, d’en connaitre plus sur son passé et puis surtout, ça laisse prévoir encore plus d action pour la saison 2, car oui, le showrunner à indiqué être prêt pour une suite.

Pourtant la scène finale, qui se conclue sur la réunion des anciens combattants, avec Franck, désormais appelé officiellement Pete, qui s impose en tant que mentor est lourde de sens sur cette gestion du stress post-traumatique, on le voit expliquant qu’ il n a enfin plus de guerre à mener et que c’est ça qui lui fait peur, et ça pourrait clairement terminer la série.

Le grand traitre n étant pas encore mort à la fin de cette saison 1, nous le verrons surement réapparaître dans la saison 2, mais ce n est pas dit qu’ on le voit dès les premiers épisodes vu l état dans lequel il termine.

Qui d’autre que Jon Bernthal (The walking dead) aurait pu jouer ce Punisher ?  Les 3 précédents acteurs qui l’ont incarné sur grand écran n’avait pas le corps ou la gestion des émotions nécessaires. Nous avons la un acteur qui s’impose, et qui arrive à en dire long, même lors de ses nombreux silences, qui gère très bien les scènes de combats, mais qui sait aussi se montrer affectueux. Pour moi, ce Punisher version soft est clairement une réussite !

Publicités

2 commentaires sur “The Punisher : l’anti-héros le plus badass du game !

Ajouter un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑